C’est bientôt Noël, et on parie que les hottes seront pleines de cadeaux geek ! Face à l’immensité, comment choisir… Chez Sitegeek, on est sympa : on a décidé de vous faciliter le travail. Entre références et nouveautés, nous allons tester les marques et produits qui pourraient entrer dans le « hotte parade » de Noël. Première victime : l’enceinte connectée Sonos Play:3.

Une après-midi avec la Sonos Play:3

Elle a quatre ans, mais elle n’a presque pas pris une ride. L’enceinte connectée Play:3 est le second étage de la fusée Sonos. Entre la petite Play:1 (retrouvez notre test de la Play:1) et la grosse Play:5, (la Play:5 V2 vient de sortir, nous vous l’avons présentée en septembre). Là où Sonos a fait fort, c’est que longtemps avant tout le monde, la marque californienne a imaginé un écosystème. Où chaque pièce pourrait avoir son enceinte, et sa propre musique, pilotée depuis une interface commune. Au départ, personne n’y croyait. Aujourd’hui, toutes les marques s’y sont mises, mais Sonos reste la référence du multiroom.

Dans cet écosystème, la Play:3 est en théorie le milieu de gamme. Assez puissante pour ambiancer une pièce, mais un peu limitée technologiquement. Bref, là où la Play:1 se destine à la cuisine ou au bureau, et la Play:5 au salon, la Sonos Play:3 sera plutôt une enceinte de chambre.

Sonos Play:3 - Dans la gamme, la Play:3 se veut le compromis taille/performance.

Sonos Play:3 – Dans la gamme, la Play:3 se veut le compromis taille/performance.

 

Packaging : Sonos, c’est la classe !

Sonos ne fait pas dans la dentelle cheap. La Play:3 est présentée dans une belle boîte aux tons noirs et orange. Effet garanti après arrachage du papier cadeau ! Quand on l’ouvre, on découvre un premier niveau, avec un livret de démarrage ultra léger (on y reviendra). Puis l’enceinte, nichée dans une sorte de grosse boîte à œufs, est emballée dans un petit plastique. Sobre, mais efficace. Côté accessoires, c’est le strict minimum : le câble d’alimentation, et un câble réseau. On aurait juste aimé un petit plus : un chiffon antistatique pour nettoyer la bête.

Sonos Play:3 - Le packaging est claaaassse !

Sonos Play:3 – Le packaging est claaaassse !

 

Style : le basique, c’est chic

Autant le reconnaître, nous avions prévu d’être clément avec la Play:3, dont le design aurait pu faner, après 4 ans d’âge. En fait, c’est inutile : cette enceinte a toujours de beaux restes ! Sa forme légèrement conique lui confère un certain dynamisme. La grille de façade, argentée, ajoute un esprit vintage. Et le choix des couleurs est réussi. En noir, c’est sobre, avec une petite touche à l’ancienne. En blanc, c’est bien plus design, et ça déchire sur un meuble en bois. Le petit logo Sonos, en façade, est néanmoins plus réussi sur la version blanche… Côté matériaux, le plastique choisi, légèrement granuleux, est agréable au toucher. Par contre, c’est un sacré nid à poussière.

Sonos Play:3 : belle, mais difficile à conquérir (©Photo Violaine Fouillouse)

Sonos Play:3 : belle, mais difficile à conquérir (©Photo Violaine Fouillouse)

 

Connectique : le basique, c’est cheap

Une entrée pour l’alimentation, une autre pour un câble réseau. C’est peu dire que la Play:3 est sobre, côté connectique. Et franchement, c’est décevant. Pour un appareil de cette réputation, et qui se veut plutôt élevé en gamme (350 €, tout de même), une absence d’entrée jack, pour connecter un bête smartphone, c’est n’importe quoi ! Il n’y a pas non plus d’entrées RCA/optique/HDMI… Moralité : cette enceinte n’est est pas une. C’est plutôt un relais son, qui n’a rien d’autonome. Et ça, c’est plutôt rédhibitoire, vu la suite du test…

Sonos Play:3 - Derrière, c'est presque le néant :une entrée réseau et l'alimentation, c'est insuffisant !

Sonos Play:3 – Derrière, c’est presque le néant :une entrée réseau et l’alimentation, c’est insuffisant !

 

Prise en main : la prise de tête XXL !

Ok, impossible d’y brancher une source sonore. Il faut donc passer par les ondes. On espère donc que la machine répondra du tac au tac à distance. Mais non ! La Play:3 n’est ni compatible Airplay, ni accessible en bluetooth ou wifi. Clairement pas pratique en soirée, avec des potes !

Pour les besoin du test, nous nous sommes lancés avec un Macbook pro 2013. Et à part l’installation de l’appli, super simple, tout le reste a été une galère sans nom. Blocages liés à des configurations à rallonge, mises à jour intempestives, création d’un système multiroom obligatoire même avec une seule enceinte, tout est compliqué, alors qu’on veut juste lancer un morceau…

Sonos Play:3 - On vient de télécharger une appli, et on nous demande une mise à jour de l'enceinte. Un peu agaçant, en fait.

Sonos Play:3 – On vient de télécharger une appli, et on nous demande une mise à jour de l’enceinte. Un peu agaçant, en fait.

 

Le (minuscule) livret d’accueil oublie de dire comment ajouter de la musique. Par Itunes ? Ça marche pas. Via VLC ou Quicktime ? Non plus. On s’arrache les cheveux, à cliquer un peu partout dans la fenêtre Sonos pour Mac, dont l’interface graphique est presque aussi peu intuitive que l’ancêtre Winamp ! Miracle, après une aventure dans les forêts de sous-menus, on découvrira la fonction pour gérer une bibliothèque musicale, et la mettre à jour. Le truc qui mériterait un gros bouton rouge au milieu, logiquement.

 

Et la connexion sur iPhone ? Ce n’est pas beaucoup mieux. Il faut compter une dizaine d’étapes (et des mises à jour, des bugs, des plantages..) avant de pouvoir arriver à la bibliothèque sonore, et balancer la musique. Bref, on ne va pas vous faire un dessin : c’est insupportable, on a envie de casser l’enceinte 12 fois avant qu’elle émette le premier son !

Sonos Play:3 - Après un processus interminable, l'enceinte est prête. Enfin presque...

Sonos Play:3 – Après un processus interminable, l’enceinte est prête. Enfin presque…

 

Son : un peu sage, mais si pur…

Après avoir perdu ses ongles et rongé ses cheveux, on arrive enfin à faire chanter la Play:3 ! Le jeu en vaut la chandelle : le rendu est excellent ! Rock, chanson à texte, électro légère, l’enceinte dévoile une belle polyvalence. Les mediums sont riches et méticuleux, les aigües sont denses. Côté basses, c’est un peu discret, sans être choquant (amateurs de grosse techno qui tape, passez votre chemin…). L’image sonore est incomplète, c’est vrai, mais convaincante et d’une pureté à donner des frissons. Parfois, on se surprend à imaginer le chanteur face à nous, en live.

Un seul défaut ? Sur les instruments classiques, la fidélité n’est pas parfaite. Le piano semble un peu étouffé, le violon un peu métallique… Les amateurs de grande musique seront un peu frustrés ! Par contre, si on la pousse, pas de souci. Sa petite centaine de watts (Sonos garde jalousement le chiffre secret) est bien maîtrisée, quel que soit le volume. Même en baissant au minimum, on sent très peu de perte. La Play:3 plaira donc à ceux qui veulent faire trembler les murs, ou cherchent au contraire juste une ambiance légère dans leur quotidien.

En duo, les Play:3 gagnent en spatialisation et en amplitude. Le son prend de la densité et plus de profondeur. Mais il faudra passer par le chemin de croix de la configuration pour en profiter !

J'ai aimé

  • Un style indémodable
  • Une belle qualité de finition
  • Un son précis et chaleureux
  • Une puissance surprenante
  • Un packaging séduisant

Je n'ai pas aimé

  • Pas d'entrées son (jack, RCA, optique, HDMI...)
  • Ni Airplay, ni bluetooth
  • Une configuration décourageante
  • Une interface Mac indigne du produit
  • Une image sonore perfectible
C’est bientôt Noël, et on parie que les hottes seront pleines de cadeaux geek ! Face à l’immensité, comment choisir… Chez Sitegeek, on est sympa : on a décidé de vous faciliter le travail. Entre références et nouveautés, nous allons tester les marques et produits qui pourraient entrer dans le « hotte parade » de Noël. Première victime : l’enceinte connectée Sonos Play:3. Une après-midi avec la Sonos Play:3 Elle a quatre ans, mais elle n’a presque pas pris une ride. L’enceinte connectée Play:3 est le second étage de la fusée Sonos. Entre la petite Play:1 (retrouvez notre test de la Play:1) et la grosse Play:5,…
Une enceinte au potentiel énorme mais à la prise en main épuisante.

En résumé

Packaging
Design
Connectique
Prise en main
Son

Frustrante

Une enceinte au potentiel énorme mais à la prise en main épuisante.

Conclusions hâtives de l’ami Gwen le frenchy

Stylée sans être prétentieuse, la Play:3 est sans conteste un bel objet, dont le son peut ravir n’importe quel amateur pas trop exigeant côté basses. Mais en l’absence de connectiques (RCA, jack, bluetooth), la prise en main via l’appli maison est si chaotique que cela gâche un peu l’expérience. Dommage !

Et vous qu’avez-vous pensé de cette Play:3 ? Achèterez-vous une enceinte connectée pour Noël ?

Site officiel de Sonos

Gwenaël Cadoret (Le Frenchy)

Disponible dans nos boutiques partenaires :


Référence : SONOS PLAY:3 - Enceinte Hi-Fi sans fil - Noir
Amazon
Boulanger
Rakuten

C’est bientôt Noël, et on parie que les hottes seront pleines de cadeaux geek ! Face à l’immensité, comment choisir… Chez Sitegeek, on est sympa : on a décidé de vous faciliter le travail. Entre références et nouveautés, nous allons tester les marques et produits qui pourraient entrer dans le « hotte parade » de Noël. Première victime : l’enceinte connectée Sonos Play:3. Une après-midi avec la Sonos Play:3 Elle a quatre ans, mais elle n’a presque pas pris une ride. L’enceinte connectée Play:3 est le second étage de la fusée Sonos. Entre la petite Play:1 (retrouvez notre test de la Play:1) et la grosse Play:5,…
Une enceinte au potentiel énorme mais à la prise en main épuisante.

En résumé

Packaging
Design
Connectique
Prise en main
Son

Frustrante

Une enceinte au potentiel énorme mais à la prise en main épuisante.

Des watts en boîte
SONOS PLAY:3 - Enceinte Hi-Fi sans fil - Noir
FabricantSonos
Modèle 
Date de sortie
Prix --

 Achetez le sur :
 
Référence : SONOS PLAY:3 - Enceinte Hi-Fi sans fil - Noir
Amazon
Boulanger
Rakuten
 

Galerie :