Grandement mis en avant par la présence de Keanu Reeves (modélisé dans le jeu) à l’E3 cette année, j’ai eu la chance de pouvoir assisté à une présentation d’une heure concernant le gameplay.

Cyberpunk 2077 – Keanu Reeves et un univers électronique, qui a dit “déjà vu” ?

Pas de manette en mains donc, mais on en sait déjà plus ce que CD Projekt Red a l’intention de nous proposer.

Hybride Fps/Rpg, ce jeu m’intrigue depuis un moment déjà. Adorant les jeux Rpg mais beaucoup plus mitigée sur le style Fps, je misais tout particulièrement sur le gameplay.

Et ils ont réussi à me convaincre !

 

Doté d’un univers apocalyptique et futuriste, Cyberpunk a un côté à la fois effrayant et fascinant.

L’intrigue : notre puce contient les secrets d’immortalité, trouvé par ce qui pourrait d’apparenté à une secte. Arrivé dans un district nommé “Pacifica”, habité par une population d’origine haïtienne mais néanmoins cyborg tout comme notre personnage, la musique est prenante et l’ambiance est à la fois originale et réaliste.

Les habitants parlent créole, et c’est uniquement parce que notre puce le permet que leur dialecte nous parvient traduit. Un bel effort je trouve, et qui renforce le côté immersif du jeu.

Plusieurs classes, avec le choix d’incarner un homme ou une femme : nomad, streetkid ou corporate. Sachant que chaque classe implique un chemin de vie différent pour chaque personnage qui l’incarne, et ce dès le début de l’histoire. On retrouve également des éléments de customisation améliorés : intelligence, réflexe, technique, coolitude (ou charisme) et body (avoir de gros pectoraux, ça peut toujours servir…).

Pour ce qui est de la narration, plusieurs choix multiples s’offrent à nous au fil de notre rencontre avec d’autres personnages et les conséquences peuvent être immédiates. Un Pnj, notamment, nous demande de se connecter à notre système nerveux. Ainsi, il est relié à nous et peut alors voir et entendre nos moindres faits et gestes. Mais aussi prendre le contrôle de nous-même. Il s’agit alors d’une vraie relation de confiance (ou pas) à établir entre les personnages.

cyberpunk

Au fil de la mission, il est possible de choisir entre stratégie d’infiltration ou une un peu plus “physique” (dans ma tête, ça a donné : un peu plus bourrine !). Ici, c’est l’infiltration qui nous a été présentée. Pas mal de subtilités au programme : se servir des ennemis comme bouclier humain, hacker ou arracher des portes selon le personnage choisi ou encore un lasso-laser assez pratique et subtil pour dégommer les ennemis…

Après cette démonstration, nous découvrons l’immersion dans le “cyber-space”, où nous basculons alors dans une sorte de “réseau informatique”, ce qui n’est pas sans nous rappeler “Matrix”.

On pourra dire qu’il n’y a rien de révolutionnaire mais l’intrigue est assez complexe que pour m’avoir accrochée. Un open world est aussi annoncé et l’offre narrative promet pleins de surprises. L’univers sonore et visuel est jouissif  et hyper diversifié. Cette démonstration a non seulement réussi à me vendre le jeu mais aussi et probablement une future Tv 4k !

Ce jeu est définitivement mon coup de cœur de cette Gamescom. N’hésitez pas à visiter le site officiel de Cyberpunk pour plus d’infos.

Découvrez la bande-annonce

 

A bientôt sur Sitegeek.

N’hésitez pas à jeter un oeil aux autres aperçus de cette Gamescom 2019.

Death Stranding
Zelda Link’s Awakening – Remake
Dying Light 2
Final Fantasy VII
Cyberpunk 2077
Man of Medan
Darksiders Genesis

Alex