Ça y est, Death Stranding PC a enfin débarqué. Tout ayant été dit sur le dernier jeu de Hideo Kojima lors de sa sortie sur PS4, c’est sur l’aspect technique de cette “Superior Version” que nous allons nous pencher aujourd’hui.

Sam Porter Bridges posant sur à flanc de colinne dans Death Stranding PC

Faut-il encore vous présenter Sam Porter Bridges ?

Death Stranding PC, 60 FPS pour tout le monde

L’avantage de porter une exclusivité PS4 sur PC, c’est que cette dernière ne demande pas une machine de guerre pour tourner correctement. Et le mot est faible puisque cette version dite “Superior” de Death Stranding tourne en Ultra HD à 60 FPS avec la quasi-totalité des cartes graphiques actuelles. Pour le coup, on peut dire merci à Guerilla Games qui nous sert une version modifiée du moteur Decima conçu, entre autre, pour Horizon Zero Dawn. Mais sans plus attendre, voici les différentes configurations requises pour faire tourner le jeu :

Config Minimum
30 FPS
Config recommandée
60 FPS
Ma config
180 FPS
Intel Core I5-3470 /
AMD Ryzen 3 1200
Intel Core I7-3770 /
AMD Ryzen 5 600
AMD Ryzen 7 2700X
GeForce GTX 1050 3Gb /
AMD Radeon RX 560 4Gb
GeForce GTX 1060 6Gb /
AMD Radeon RX 590
Radeon RX 5700 8G
8Gb de RAM 8Gb de RAM 32Gb de RAM

Comme vous pouvez vous en rendre compte, la config recommandée pour faire tourner le jeu à 60 FPS est plus qu’acceptable. Et le tout enterre clairement la version de la PS4 Pro (coucou l’aliasing et les résolutions basses) tant les décors photoréalistes sont criants de vérité. Je dois d’ailleurs reconnaître que je n’avais jamais vu un jeu aussi beau auparavant. Et pourtant, la version PC de Red Dead 2 avait réussi à placer la barre assez haut. Ceci dit j’avoue qu’avec ma config, c’est assez facile. J’ai le plaisir de pouvoir tout mettre en ultra et monter jusqu’à 180 FPS. Ce qui est assez comparable à ce que j’obtiens avec Doom Eternal.

Sam Porter Bridges gravissant une montage dans Death Stranding PC

Le décors photoréalistes sont vraiment impressionnants

Textures et profondeur de champs

S’il y a bien quelque chose qui me choque à chaque fois que je joue sur console, c’est la pauvreté de la distance d’affichage. Cela m’a tout particulièrement sauté aux yeux lorsque j’ai pu voir tourner Ghost of Tsushima. Pour remédier à ce problème, la technique de base des développeurs est de cacher ça malhabilement avec une sorte de brouillard. Ce qui est assez dérangeant, surtout si on joue à un jeu comme Death Stranding dans lequel on doit sans cesse repérer des colis abandonnés ou divers ennemis. Mais rassurez-vous, dans cette version PC la profondeur de champs est hallucinante.

Lire aussi :
News | Nitro Concept Deskmat - Votre bureau pourrait être le tapis de souris

Et c’est d’autant plus agréable de pouvoir y jouer en 3440×1440 sur un écran ultrawide sans souffrir d’aucune chute de framerate. Surtout que dans une résolution pareille, on a tout le loisir d’admirer le travail apporté aux textures. Qu’il s’agisse des décors, des personnages ou des objets, le tout est assez impressionnant et contribue largement au photoréalisme du jeu. Et puis cela rend beaucoup plus agréable les longues cinématiques chères à Kojima puisqu’il est désormais possible de compter les trois poils de barbe de Norman Reedus.

Sam Porter Bridges regardant à l'horizon dans Death Stranding PC

En haut d’un point culminant, on peut voir à des kilomètres à la ronde

Signalons également que de telles performances seraient probablement inatteignables sans le Fidelity FX et le DLSS 2.0. En effet, ces deux nouvelles technologies permettent respectivement d’améliorer la netteté des contours et d’augmenter le nombre d’images par seconde sans perte visuelle à l’écran. Si le tout est aussi bien utilisé dans Horizon Zero Dawn qui débarquera aussi dans quelques jours sur PC, cela risque d’être une véritable tuerie. On vous dira d’ailleurs tout sur ce portage dans un autre article très prochainement !

Une meilleure fluidité au service du gameplay

Mais ce n’est pas tout puisque toutes les améliorations de cette “Superior Version” confèrent beaucoup plus de fluidité à Death Stranding PC. Cela se ressent lors des nombreuses cinématiques mais aussi dans le gameplay. Et oui, c’est un véritable plaisir de contrôler Sam et de le voir gambader dans la pampa. D’autant plus que l’expérience se révèle tout aussi intéressante au combo clavier/souris. Le personnage répond au doigt et à l’œil et on prend très vite un malin plaisir à contrôler son équilibre avec les deux boutons de la souris.

Lire aussi :
Prochaines sorties PS4 - Février 2020

Death Stranding PC en bref

Si vous n’avez jamais fait Death Stranding et que vous êtes équipé d’un PC correct, je ne peux que vous conseiller de vous lancer dans l’aventure. En revanche si vous avez déjà traversé les UCA (United Cities of America), ce n’est pas les quelques nouveautés cosmétiques que proposent cette version qui devraient vous convaincre. Ceci dit, si vous êtes curieux et que vous voulez vous prendre une grosse claque visuelle, n’hésitez pas à y jeter un œil. Cela vous donnera très probablement envie de vous débarrasser de votre PS4.

Sam Porter Bridges gravissant une montage dans Death Stranding PC

L’ascension sera rude mais elle vaudra le détour

Pour plus d’informations sur Death Stranding PC, rendez-vous sur la page Steam du jeu. Et pour de nouvelles aventures vidéo ludiques, à très bientôt sur Sitegeek !

Johnny.